Prochaine Séance du séminaire: 14 novembre 2017

La prochaine séance du séminaire a lieu le Mardi 14 novembre 2017.
18h30-20h30
Salle C103, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis, département de philosophie,
2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis

La première séance nous a amené à penser deux modes du travail dialectique, entendu comme mise au travail de la division : d’une part celui qui vise à maintenir la consistance des collectifs (en l’occurrence les collectifs militants) ; d’autre part celui qui est mis en œuvre dans le rapport d’antagonisme avec l’ennemi. Le travail dialectique est pensé dans tous les cas à partir de la mise au jour d’une tension divisante qui appelle des actes. On parle d’une dialectique de l’acte, pour la distinguer de la dialectique spéculative développée par Hegel et ses héritiers. Les actes ne découlent d’aucune nécessité, et l’existant qui les porte doit assumer un saut : une certaine discontinuité entre les raison de l’action et l’épreuve subjective qui a lieu dans l’action elle-même.

Nous avons identifié le conflit à l’endroit de l’appropriation de la nature comme un potentiel vecteur de relance d’une politique de classe. Nous nous sommes demandés si l’état écologique du monde nous permettait encore de continuer à confier le travail politique aux formes du débordement.

Après avoir surtout parlé de la violence faite par l’ennemi, il nous faut voir, dans la deuxième séance, ce que peut être la fonction de la violence « de notre côté », c’est-à-dire en tant qu’elle est assumée par les collectifs politiques. Nous partirons de la critique que fait Hannah Arendt des mouvements étudiants de la fin des années 1960 dans son texte « Sur la violence ». La confrontation avec son analyse nous permettra notamment de clarifier les rapports entre violence et pouvoir.

Mais il s’agira aussi de se questionner, à partir des remarques de Arendt, sur la manière dont un collectif politique peut trouver sa propre consistance. Et, au-delà du collectif en tant que tel, il s’agit de voir comment une action commune peut trouver une forme adéquate aujourd’hui. La question dialectique devient bien, alors, celle de la forme : celle-ci ne doit pas rester extérieure (formalisme du Parti), mais on ne doit pas non plus la voir comme une expression spontanée de la vie des groupes ou des communautés de lutte.

Les séances suivantes se tiendront le Mardi 12 décembre et le 9 Janvier 2018.
Séminaire organisé avec le soutien de l’Université Paris 8.